Vidéo publiée le 21 janvier 2008

On a rencontré Janet Jackson, le mythe Janet, la cultissime Janet, à New York, pour la sortie de son prochain album, Discipline.

Là, vous êtes gâtées, les madmoiZelles. Je faisais partie d’un voyage de presse pour aller rencontrer Janet Jackson – le genre de promo exceptionnelle, que l’industrie du disque a oubliée depuis l’avènement du MP3… Autant vous le dire, vous avez là de l’exclu, puisque nous n’étions que deux à représenter le web francophone : madmoiZelle et… Dailymotion, rien que ça. La classe internationale, donc :)

En sortant de mon quart d’heure en tête à tête avec Janet Jackson, il y a de suite une phrase qui m’est venue en tête. « Amuse-toi à construire un autre toi-même ». C’est de Cocteau, je pense et ça fait sans doute référence à cette capacité qu’ont les artistes à se transformer au fil de leur carrière ou sur scène/hors scène.

Parce que oui, je m’attendais à une personnalité extravertie, imposante. Au contraire, je me suis retrouvée devant une Janet portant un foulard autour du cou, parlant tout doucement, visiblement fatiguée et/ou malade. Faut dire que c’était la fin de sa deuxième journée de promo, qu’elle avait dû recevoir un paquet de journalistes avant moi et que ce genre de marathon n’est pas l’activité la plus reposante au monde.

Et oui, on s’imagine mal cette Janet Jackson-là se retrouver le sein à l’air (avec le bijou pour cacher le téton svp) lors du Superbowl, devant une Amérique médusée-choquée-Oh-My-God… ou bien mettre le feu à une scène – et au public par la même occasion.

Mais peu importe, l’essentiel est là : à l’écoute de Discipline, l’album qui arrive fin février, on se dit qu’il y a quelques perles qui font inexorablement remuer la tête et bouger les pieds.

Avant de vous livrer la vidéo, je tiens à m’excuser : american promo oblige, je n’ai pas pu filmer avec ma caméra et mon système son habituels. Résultat : l’image n’est pas spécialement clean et le son n’est pas top. On n’est jamais si bien servi que par soi-même.

t