Vidéo publiée le 6 décembre 2007

Brisa Roché revient avec son second album, Takes et nous interprète pour l’occasion Trampoline en acoustique, en direct du studio de répét de Marcel et son Orchestre.

A entendre la voix claire de Brisa Roché pour la première fois, on pourrait s’imaginer une frêle et timide jeune femme, de celles qui se laissent conduire sans sourciller. C’est que les clichés ont la vie dure, même quand on essaie de ne pas les écouter…

Il suffit de rencontrer l’auteure-interprète pour s’apercevoir de son erreur. La Brisa Day Roché (de son vrai nom), en impose. A tel point qu’après quelques minutes passées avec elle, on a envie de parler de « femme forte » pour la décrire à ceux qui demandent « elle est comment ? ».

En arrivant dans le studio où elle répète avec ses musiciens, on sait qu’on va rencontrer une fille au parcours atypique. Chacun a une existence exceptionnelle, on connaît la chanson. Mais voilà tout de même une fille qui a grandi en hippie dans le Nord de la Californie (mots-clés : musique, expérimentation, liberté, anti-conformisme). Déménagé à 13 ans dans une cabane sans électricité. Bourlingué un peu partout avec un père qui devait disparaître alors qu’elle n’avait que 16 ans…

De voyages en déménagements, son chemin devait finalement la mener à Paris, où ses reprises de jazz (sa passion de l’époque) lui ont permis de se faire remarquer et de signer un premier album, The Chase (2005). Avant de la rencontrer pour la sortie du deuxième, Takes, on se demande ce qu’il y a entre les blancs de sa bio. Quelle personnalité peut bien faire le trait d’union entre ça et Whistle, cette perle un peu sixties qui te brise un cœur en deux coups de sifflets.

Et puis la voilà devant nous, parmi les amplis et les guitares. On discute avec elle et on découvre une artiste impliquée dans son art. D’ailleurs, la pochette où elle pose quasi-nue des micros autour du cou, c’est elle qui l’a voulue. Elle y voit un symbolise de sa nouvelle indépendance, elle qui a voulu toucher à la technique uniquement pour être sûre que cet album lui ressemble vraiment. Etre forte, indépendante, intègre… Ces thèmes-là reviennent pas mal dans son discours. On la sent impatiente de l’interpréter sur scène, prête à aller défendre à fond cet album qu’elle a voulu entièrement fidèle à ce qu’elle est. L’objet s’appelle donc Takes et on te le recommande.
Stellou

t