Bien vivre sa ménopause

Il y a un temps pour tout, et la ménopause est une période obligatoire dans notre vie de femme.
Dans la tradition, on ne parle que rarement de cet événement.
Si la menstruation est considérée comme le passage du statut de la petite fille à celui de la jeune fille, la ménopause est plutôt l’avènement d’un long séjour de vacances et le saut vers la vieillesse.

Rien que ce dernier mot peut en effrayer plus d’une ; mais rassurez-vous, la ménopause n’a rien à voir avec l’âge caduc.

Parlons-en !

La ménopause est une phase physiologique pour laquelle notre organisme est conditionné et préparé.
Elle se manifeste sommairement par la disparition des règles et biologiquement par l’arrêt de la production de deux hormones que les ovaires produisent, la progestérone et les œstrogènes.
Certaines femmes peuvent vivre cette étape plus tôt que les autres, c’est la ménopause précoce et c’est dû à un héritage génétique ou à une intervention chirurgicale.
Avant la manifestation de la ménopause, la femme passe par une période dite pré ménopause, où des signes apparaissent pour signaler son approche.

– Des bouffées de chaleur peuvent surgir et devenir fréquentes, accompagnées de sueurs, de rougeur. Certes c’est un peu difficile à vivre et gênant, surtout la nuit ou dans une assemblée, mais c’est presque inévitable.
– L’humeur devient très changeante, une irritabilité sans cause apparente, une anxiété, des troubles de l’attention, de la mémoire, ou une fatigue, une insomnie, ou bien une libido diminuée.
– Certaines femmes peuvent aussi avoir la peau qui s’étire et devient sèche, une muqueuse vaginale un peu douloureuse car elle devient elle aussi desséchée.
– Et certaines voient apparaître des troubles ou des fuites urinaires à l’effort (rires, toux…)
Cela dit, cette phase de pré ménopause n’est pas la même pour toutes, certaines en sont épargnées.
À la naissance de chaque fille, les ovaires comptent un nombre bien limité d’ovocytes (des œufs). A chaque période de règles, la femme perd un ovocyte ; le jour où ses ovaires sont « vidés », c’est la ménopause.

C’est de ce fait que la fécondité est liée à cette période. Mais il arrive que la Volonté supérieure fasse qu’un ovocyte reste endormi plus longtemps que ses compagnons ; il en découle que même avec la ménopause, il se peut que la femme tombe enceinte.

Mais ce sont des faits rarissimes.

Alors, une fois que c’est la ménopause, que faire et quelles précautions prendre ?
Il faut savoir que les œstrogènes sont un puissant allié de nos corps de femmes contre les maladies cardiovasculaires, une fois qu’ils disparaissent, nous devenons plus vulnérables alors une nutrition plus saine, moins grasse et un peu d’activités physiques adaptées aux rythmes de chacune est un très bon conseil à suivre.

Toujours à cause de la disparition de nos chers œstrogènes, notre trame osseuse s’affaiblit ; c’est ce qu’on appelle communément l’ostéoporose, c’est ce qui provoque une décalcification des os, d’où une faiblesse et une fragilité de ces derniers.

Un traitement médical peut être prescrit, c’est ce qui se fait de plus en plus en Amérique, et ce traitement existe bien au Maroc, mais il est coûteux, à voir avec votre médecin.
Sinon, il faut prendre plus de calcium, enrichir sa nutrition et s’assurer des suppléments alimentaires à base de calcium. Votre médecin n’hésitera pas à vous le prescrire.

À la ménopause, un autre phénomène peut apparaître : c’est la prise de poids, surtout au niveau des hanches et de la taille, c’est pour cette raison qu’il faut diminuer un peu de sa ration et privilégier au maximum la qualité à la quantité, ce qui veut dire prendre plus de légumes, de fruits, de lait et de ses dérivés.

Actuellement, beaucoup de femmes, face à ces inconvénients, préfèrent suivre un traitement, le mot est cependant mal approprié, car la ménopause n’est pas une maladie, mais plutôt une étape dans notre vie.
Il revient au bon vouloir de chaque femme de prendre un substitut hormonal, où la pilule devient le remplaçant des hormones ovariennes pour garder le rythme du cycle biologique et donc avoir des règles « artificielles », car il n’y a plus d’ovocytes, c’est uniquement une expulsion de la muqueuse utérine, et de ce fait bénéficier par la même occasion des bienfaits des ostéogènes et de la progestérone.

Le traitement hormonal de la ménopause, vous pouvez en discuter avec votre médecin ou votre gynéco. Il est proscrit pour les femmes ayant eu un cancer du sein ou des maladies cardio-vasculaires.
Ce traitement n’est pas à vie ; il assure uniquement une transition vers l’étape de ménopause avec plus de douceur et moins d’effets gênants.

Mais ce qu’il faut retenir, les amies, c’est qu’après 40 ans, il est indispensable de faire des mammographies au moins une fois par an, des bilans pour surveiller le cholestérol et les triglycérides (la matière grasse ennemie de notre santé), faire des échographies pelviennes pour un dépistage de cancers ou de kystes.

Ne l’oubliez pas, je compte sur vous, mesdames !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *